Innovation

Une mise en réseau numérique complète

La CSS se prépare à faire face aux exigences et aux demandes à venir des clients avec de nouveaux modèles commerciaux et des offres innovantes. Durant l’année 2019, la CSS a élargi son offre de partenaire santé et lancé de nouveaux services numériques.
50 mio.
de CHF

La CSS fait évoluer son «corporate venturing» et investira ces prochaines années jusqu’à 50 millions de francs pour des start-up qui développent le système de santé en apportant des solutions innovantes.

215
contributions

En 2019, la CSS a publié 215 articles et vidéos sur des thèmes relatifs à la santé.

336 972
consultations

Les visiteurs se sont attardés sur les articles 336 972 fois.

61 420 190
clics

On a comptabilisé 61 420 190 clics sur les contenus dédiés à la santé publiés par la CSS.

En tant que partenaire santé, la CSS Assu­rance veut accom­pagner ses clients tout au long de leur par­cours de santé et les aider à rester en bonne santé, à guérir ou à vivre avec une maladie. Au cours des der­nières années, la CSS a donc investi dans des offres inno­vantes et des appli­cations numé­riques. En 2019, elle a notam­ment amé­lioré son portail client myCSS et le conseiller numé­rique myGuide, tout en intro­duisant de nou­veaux services numé­riques.

Rester en bonne santé grâce à la recommandation de prévention

Au cours de l’année sous revue, la CSS s’est penchée sur la thématique des recomman­dations de pré­vention et a lancé le service «Recomman­dation de pré­vention». Ce nouveau service en ligne donne aux utilisa­teurs des recomman­dations fondées scienti­fiquement au sujet des examens de dépis­tage qui sont judicieux pour eux. L’utili­sation de ce service mis gratuite­ment à la disposition de toutes les personnes inté­ressées, y compris de celles qui ne sont pas clientes à la CSS, est anonyme. Ainsi, la CSS propose un accom­pagne­ment non seule­ment en cas de maladie, mais aussi au stade pré­ventif.

Appli CSS EisenCoach

La prévention est aussi au cœur d’une application lancée dernière­ment: en collabo­ration avec la Haute école zuri­choise de sciences appli­quées (ZHAW) et la start-up suisse SNAQ, la CSS a développé l’appli­cation EisenCoach. Dotée d’intelli­gence artifi­cielle, elle analyse le contenu d’une assiette et indique la teneur en fer d’un repas. En se basant sur le com­porte­ment alimen­taire de l’utili­sateur, l’appli­cation donne des conseils scienti­fiquement fondés pour améliorer l’absorp­tion du fer. Présen­tée aux visiteurs de la Journée du digital le 3 septembre 2019, l’appli­cation EisenCoach est la première approche pré­ventive au monde contre la carence en fer à miser sur l’infor­mation plutôt que sur les com­pléments alimen­taires ou les médi­caments.

Coach pour l’asthme pour enfants

Outre l’appli EisenCoach, la CSS a égale­ment présenté MAX, le coach virtuel pour l’asthme destiné aux enfants, lors de la Journée du digital. Il consiste à informer davantage les enfants, de manière ludique, sur la gestion de l’asthme. Le CSS Health Lab a testé l’appli­cation pendant plusieurs mois en collabo­ration avec des hôpitaux et la Ligue pul­monaire. Cette appli inclut notam­ment des vidéos didac­tiques, la partici­pation des parents, l’interaction avec le chatbot MAX et le tchat avec le médecin ou des experts. Les deux coaches virtuels reposent sur la convic­tion qu’il est possible de contri­buer soi-même à améliorer sa qualité de vie. Les appli­cations pour smart­phone aident de manière simple à étendre ses connais­sances et à modifier son com­portement, partout et à tout moment.

Le CSS Health Lab

Le CSS Health Lab est un parte­nariat straté­gique entre la CSS, l’EPF de Zurich et l’Uni­versité de Saint-Gall. Dans le cadre de cette collabo­ration, des docto­rants étudient des inter­ventions de santé numé­riques depuis 2015.

Pour que les assurés en sachent davan­tage sur les questions de santé et qu’ils puissent prendre des décisions de manière plus autonome et respon­sable, la CSS a analysé et introduit d’autres appli­cations numé­riques. Les assurés CSS peuvent désormais bénéficier d’une thérapie du sommeil, d’un entraîne­ment pour le dos et d’une thérapie psycholo­gique en ligne ainsi que de CARE4CARDIO®, un programme de santé pour les personnes présen­tant une insuffi­sance cardiaque. De plus, dans le cadre d’un projet pilote, la CSS a testé l’examen cutané d’OnlineDoctor, qui permet d’obtenir facile­ment une évalua­tion en ligne concernant des pro­blèmes de peau.

Etre au fait des questions de santé

Pour augmenter les com­pétences en matière de santé des assurés, mais aussi du grand public, la CSS met à la disposi­tion de tous des infor­mations sur la santé et la maladie sur ses canaux numé­riques. Une équipe com­posée d’experts internes et externes pré­sente des informa­tions sur l’alimentation, le bien-être, l’activité physique et d’autres sujets sur le corps. Les assurés reçoivent des réponses à leurs ques­tions de santé et de pré­cieux conseils.

Venturing@CSS

La CSS mise aussi sur les im­pulsions venues de l’ex­térieur. Elle passe au crible le marché des jeunes entre­prises agiles dans le domaine de la santé. Au cours de l’année sous revue, la CSS a analysé la possi­bilité de colla­borer avec plus de qua­rante start-up et en a sélec­tionné quatre. Ces dernières ont été invitées au premier pitching event de la CSS en juin. C’est la start-up sublimd, qui veut aug­menter la qualité et l’effi­cacité du système de santé avec son logiciel médical, qui en est sortie gagnante.

A l’avenir aussi, la CSS utilisera de nouveaux réseaux, techno­logies et modèles commer­ciaux qui offrent des oppor­tunités pour créer des produits et services adaptés aux besoins. Fidèle à son rôle de parte­naire santé privi­légié, la CSS prévoit d’autres offres inno­vantes pour faciliter l’ex­périence des patients et accom­pagner les clients dans leur par­cours théra­peutique numé­rique personnel.

A la pointe du numérique

La CSS élargit son offre de services numé­riques. C’est la raison pour laquelle le magazine éco­nomique «Bilanz» a cité la CEO Philomena Colatrella parmi les 100 «Digital Shapers 2019». C’est ainsi la première fois qu’une assu­rance-maladie se classe parmi les acteurs du numé­rique les plus influents de Suisse.

D’autres articles qui pourraient vous intéresser